Les enjeux RH 2021, avec ou sans la Covid…

En termes de ressources humaines, la COVID est venue accélérer des phénomènes qui étaient pour partie déjà engagés, partiellement ou totalement visibles, pas du tout ou partiellement traités par les employeurs et les instances représentatives du personnel.

La santé/sécurité au travail est forcément passée au premier plan des préoccupations des DRH à la mi-mars 2020, pour s’apercevoir que ce sujet traversait un grand nombre de problématiques. Le résultat, c’est une feuille de route RH à la fois encombrée et passionnante pour 2021!

Entres autres, quelques préoccupations qui, souvent transversales et loin d’être exhaustives, devraient surgir à un moment ou un autre :

Stratégie RH

Au premier rang des préoccupations, les effets économiques de la crise sanitaire sur les effectifs et les solutions pour y remédier : chômage partiel longue durée, accords de performance collective, ruptures conventionnelles collectives, transitions collectives, licenciements économiques…

Sujet plus motivant, la marque employeur, levier incontournable d’attraction mais aussi de maîtrise du turn-over : ou comment suivre une tendance de rééquilibrage dans le rapport employeur-candidat au moment de s’engager et comment capitaliser ses divers investissements, trop souvent passés sous silence ou insuffisamment exploités, pour conserver ses meilleurs éléments.

Santé-Sécurité au travail

Bien sûr, les protocoles sanitaires ont focalisé toutes les attentions, mais finalement, ils sont devenus un outil de prévention des RPS, eux-mêmes chahutés par les nouvelles formes de travail : télétravail, alternance présentiel-distanciel. Certains sont passés du burn-out au bore-out en quelques jours.

Organisation du travail-QVT-RSE

Cet avènement du télétravail, loin d’être maîtrisé, questionne le lieu de travail du salarié. Si l’on ne veut pas créer ou accentuer le fossé “cols bleus-cols blancs”, il faut par exemple intégrer la question du télétravail à un accord d’organisation du temps de travail qui concernera toute l’entreprise et qui permettra à chacun de se réapproprier un sens et des objectifs communs.

De l’avis de l’ANDRH, la pandémie nous a fait gagner deux ans en termes de technologie. Elle donne aussi l’opportunité de concrétiser les discours jusqu’ici convenus sur la qualité de vie au travail ou la responsabilité sociale/sociétale des entreprises.

Développement des compétences

La question des générations de salariés dans l’entreprise n’est pas nouvelle. Qu’est-ce que l’humanité sinon une succession de générations? Ces 15 dernières années, on a conceptualisé cette normalité en codifiant : X, Y, Z…Au final, il s’agit plus d’un questionnement sur les besoins et l’évaluation de compétences “soft” et “mad” : la capacité d’adaptation de l’individu est enfin remise à sa place : les successions de perte d’emplois peu qualifiés avec un focus sur le lean management ont conduit à négliger ces compétences connexes pour aboutir parfois à des désastres sociaux.

Instances représentatives du personnel

Le dialogue social sera au centre : là où certains sujets ont été occultés de part et d’autre pour passer au mieux la crise sanitaire, ils vont revenir sur l’établi petit à petit : BDES, mise en place de CSE, négociation d’accords d’entreprise.

Management

S’il est un sujet que la crise sanitaire a fait émerger, c’est bien la place des cadres dans les organisations. Avec le télétravail, le management de proximité a été chamboulé. L’autonomie des salariés doit être remise à sa juste place, le management responsabilisant prend tout son sens. Ce qui ne sera pas sans poser de problèmes aux managers à l’ancienne, télétravail… ou pas. 

Si l’encadrement était plutôt habitué à voyager dans le train des innovations produit, il  devra monter dans celui des innovations RH : le marche pied est assez haut et le train déjà en marche…

Systèmes d’information

La digitalisation des RH se poursuit : déploiement de SIRH, voire ERP, recrutement 2.0 et maintenant 3.0. En oubliant bien souvent les contraintes du RGPD.

Autant de perspectives, à traiter souvent de front, car unis par la cohérence d’un nécessaire projet d’entreprise, lisible par tous. Une occasion supplémentaire et incontournable de communiquer! Et une année qui commence est une occasion de rendre parfois la stratégie plus transparente et de pointer les perspectives positives, moyennant quelques précautions liées au contexte.